Je travaille depuis 27 années ; en milieu médical et j’ai toujours adoré mon boulot.

3 ans de nuit….5 ans de jour….19 ans de nuit…

Je bosse de nuit dans un EHPAD.

Je fais partie de ces gens qui :

-          Travaillent un week-end sur deux, passent une nuit sur deux hors de chez eux.

-          N’ont jamais Noël et le 1er Janvier de repos ; c’est l’un ou l’autre !

-          Ne peuvent pas prendre deux années de rang, les mêmes dates de vacances l’été ; et sont systématiquement en congés hors vacances scolaires, une fois tous les quatre ans !

-          Dorment le matin, avec tous les inconvénients qui y sont liés ; (la chaleur, le bruit)

Alors, pourquoi travailler DE NUIT avec tous ces inconvénients ?

Les deux points qui me motivent à travailler de nuit, sont :

1-      La sérénité dans laquelle se déroule le travail de nuit (beaucoup moins de stress que dans la journée, malgré les urgences et les crises à gérer)

2-       Pour le salaire ! (parce que les primes de nuit sont là et agrémentent le salaire de base, soit presque 200 euros de plus par mois !)

Je ne me plaints pas, je trouve déjà bien d’avoir un travail relativement « sur », avec un salaire chaque fin de mois.

Mais pour ça, j’ai pris des résolutions que je maintiens depuis 27 ans, j’ai dû faire des sacrifices, des concessions que je ne regrette pas, mais qui ont entraîné ma famille et mes enfants dedans, par la force des choses.

La crise ; elle est chez chacun de nous, elle touche tout le monde, tout le temps, depuis toujours, et chacun tache d’y apporter sa propre solution.

Moi, ma solution a été  de travailler de nuit, avec tout ce que cela implique.

Bien des gens n’ont pas cette possibilité, bien des français sont dans des situations plus que précaires, c’est la crise journalière pour bien du monde !

Et ce qui me prend la tête, c’est la façon dont, en ce moment on en parle de cette crise !!!

J’aimerais plutôt savoir quand est-ce que personne n’a eu à subir de crise ???

                                                                      crise