Toutes les médias noircissent des feuilles et des feuilles sur l'affaire Weinstein. Un ponte du cinéma ... pensez donc ! 

Chacun y voit différentes choses, à travers les récits et les commentaires apportés depuis le début de ce scandale.

Mais c'est quoi au fond le problème ? 

Que des femmes aient été violentée, agressées sexuellement, voir violées ? 

Que des femmes, agressées sexuellement, violentées ou encore violées, n'aient pas eu le courage de le dénoncer ? 

Que des hommes et des femmes, largement au courant des pratiques de cet homme, ferment le yeux par intérêt personnel ?

Qu'un homme se sente tout puissant au dessus des lois pour se  permettre encore et encore des agressions sexuelles, des viols ? Auxquels, bien sûr, il va donner réponse avec une argumentation imparable : Elles étaient consentantes !!! Parce que c'est bien connu ... les femmes couchent pour réussir !!! 

Il est là, au final, le scandale ! Que tout ça se passe ! L'affaire Weinstein pue ! C'est clair ! 

Mais ouvrons les yeux ; et regardons autour de nous ....  moins loin ... plus proche ....

 Je vais sortir de cet univers médiatique d'un Weinstein qui brasse des milliards, avec des victimes qui vont toucher des millions ... Pour vous raconter une histoire Weinstein locale,  rurale ;  à bien moindre échelle. Mais tout aussi écœurante et révoltante. Ou, toute proportion gardée,  les intérets personnels dirigent le monde !

Cette histoire touche de près une amie proche qui m'est très chère. J'ai son accord pour faire ce post qu'elle a validé. Et je lui donne un droit d'annulation si elle le souhaite un jour. Je change les noms, car seule l'histoire a son importance. 

Frédérique vit avec Dominique depuis 10 ans. Un couple recomposé, sans enfant. Frédérique divorcée a trois enfants, qui sont grands et ont fait leur vie. 

Comme dans tout couple, chacun a sa part de responsabilité lors des conflits, lors des soucis. Mais il est fort de constater que Dominique est continuellement à humilier en public, une  Frédérique qui, pourtant d'un caractère sociable, n'en peut vraiment plus de ces reproches humiliants, et  qui  sont constants depuis quelques mois, 

Avec Fabrice,  nous faisons partie de leur cercle d'amis. Et nous avons constaté, ainsi que d'autres, l'attitude méprisante dont fait preuve Dominique envers  Frédérique. Des petites humiliations, des reproches ; qui n'ont pas lieu de sortir devant des amis. 

Frédérique m'en parle ; l'idée de séparation pointe le bout de son nez .... 

Après des mois, l'idée première est devenu une évidence. Et le couple Frédérique-Dominique s'est tellement étiolé qu'il n'en reste plus grand chose. 

Frédérique et Dominique habitent une maison en retrait du village. Petit village des deux sèvres de 1200 habitants, qui comme tous les petits villages de France, se voit à fonctionner grâce aux bonnes volontés et aux investissements des habitants. 

Dominique est donc une des personnes incontournables au fonctionnement de ce petit hameau.  Frédérique l'est aussi. Et comme dans tous les villages, les relations se font aussi, bien plus par intérêt, que par véritable affectif. Les guerres aussi d'ailleurs ...

Dans le village, la séparation de Frédérique et Dominique, fait aussi beaucoup parler. Les médisances de village ...  les inquiétudes sur le devenir des actions du village .... Puisqu'ils font tous les deux partie du comité des fêtes. 

Mais Frédérique et Dominique essaient tout de même de réussir leur séparation ... Frédérique surtout. 

 Elle part donc s'installer dans un autre village. Dominique reste seul. Mais très entouré de certains villageois. Et voici le village séparé en trois. Les pro Frédérique ... Les pro Dominique .. et ceux qui s'en tapent royalement.

Un samedi, Frédérique, à la demande de Dominique, vient l'aider à préparer son anniversaire. Car le soir, les amis du village  doivent venir. C'est dire tout de même que la séparation ne se passe pas mal. 

Ils déjeunent ensemble le midi, et parlent de leur séparation, Dominique demande alors à Frédérique, si elle a quelqu'un d'autre. Ce qui n'est pas la cas. Conversation calme ; sans problème. 

Dominique part faire des courses et Frédérique doit installer la grange pour le soir. 

Dominique parti,  Frédérique s'allonge sur le lit pour une sieste. et s'endort sur le côté. 

D'un seul coup, elle est brusquement réveillée par quelqu'un qui la plaque sur le ventre et lui attache les mains dans le dos avec du scotch de déménagement. 

Elle ne réalise pas ce qui se passe, et pense à une agression.   Frédérique se débat, se défend ... elle cherche du regard une issue,  elle cherche Dominique ... L'homme la retourne, la met sur le dos. C'est alors qu'elle se rend compte que c'est Dominique lui même qui l'agresse. 

Elle hurle ... elle se débat ... mais impossible de quoi que ce soit ! Dominique est dans un état différent qu'il est d'habitude. Le visage déformé de rage ...  

Il lui parle, elle comprend à peine ... toute son énergie et son mental  sont occupés à tenter de se sortir de là. 

Dominique parle toujours ... , des phrases des mots ... "mensonges" .. "tromperie" ....  Frédérique  ne comprend même pas de quoi il parle. Il parle des enfants de Frédérique, qui au début de leur relation lui ont fait vivre des moments difficiles. Il est de nouveau à évoquer plein de reproches de petits détails de leur vie. 

Et il lui dit qu'il va la tuer .... Elle entend les mots, mais ne réalise pas leur portée. Dominique n'est pas quelqu'un de violent, elle ne relève même pas la portée de ce qu'elle vient d'entendre. 

Elle tente de le raisonner. Après tout, ils vivent ensemble depuis plus de dix ans .... ils ont eu de si jolis moments, qu'il ne peut que se ressaisir. 

Mais rien ... Dominique  lui baisse son pantalon, lui saucissonne les pieds avec,  et lui  remonte son pull et son soutient-gorge. Frédérique est prise d'une panique encore plus grande. 

Non ... non ... ce n'est pas possible !!!! 

Dominique alors la viole à plusieurs reprises. Les pénétrations sont douloureuses, humiliantes, même si Dominique n'a recours qu'à ses doigts. Les mots qu'il dit le sont tout autant ! 

"Qu'elle aime ça" .... "qu'elle en veut encore" .... et il recommence .... Combien  de fois ?  Frédérique ne saura pas dire. 

Lorsqu'il fini par arrêter,  Frédérique ne pense plus ... ne sais plus ... n'arrive plus à réaliser. Dominique est silencieux. Elle pleure ... elle a mal .... Elle ne peut plus que pleurer maintenant. Dominique va la détacher … car ce n'est pas un mauvais garçon … donc il va la détacher, maintenant qu'il en a fini …

Dominique s'exprime enfin.  "-C'est allé trop loin …. c'est allé trop loin …." répète-t-il.

 Frédérique lui demande de la détacher. Entre deux sanglots.

Dominique répète de nouveau que c'est allez trop loin. Il se retourne alors vers Frédérique, qui se rend compte qu'il a défait aussi son propre pantalon. Elle pense qu'il va recommencer, et aller plus loin ...  mais il  lui dit : " -Je vais te tuer et me suicider après … c'est la seule issue ..."

Frédérique est pétrifiée. Chasseur, la maison n'est pas en manque d'armes !

Il est toujours dans un état qu'elle ne lui connaît pas. Hagard  ! Elle sait qu'il va le faire. Qu'elle ne verra plus ses enfants … les faits divers regorgent de ce genre de fin.

Mais l'instinct est là. Elle ne veut pas mourir ! Alors elle cesse de pleurer. Elle doit maîtriser son émotion, sa peur. Elle s'adresse à Dominique d'une voix qu'elle veut douce et rassurante. Dominique s'est assis  sur le bord  du lit. Il ne la regarde pas, et marmonne encore et encore … « Toi d'abord … moi ensuite ….  c'est allé trop loin .... »

Frédérique lui dit qu'il ne peut pas faire ça ...  pour eux … pour ses enfants … mais Dominique ne se ressaisit pas. Alors elle  lui parle de sa maman à lui …. Qu'il ne peut pas faire subir ça à sa maman qu'il aime tant  …. qu'elle sera brisée de chagrin. 

Dominique lui dit qu'il est allé trop loin ; que si il la libère, elle va aller porter plainte pour viol. Frédérique lui assure qu'il y a une solution à tout ça …. Elle continue à argumenter dans ce sens. À parler de la maman de Dominique. De la peine insurmontable qu'elle vivra. Dominique se calme … 

Frédérique sent qu'elle vient de trouver le point qui pourrait peut-être la sauver. Elle poursuit dans ce sens. Un long moment. Mais le temps n'a plus la même durée, depuis que tout a commencé.

Dominique fini par se lever et descend dans la pièce principale. Frédérique se dit que c'est la fin. Qu'il est parti chercher son fusil de chasse. Que tout va se terminer ainsi. Elle pleure doucement. Elle veut voir ses enfants … elle ne veut pas mourir ainsi. Ni maintenant.

Dominique remonte enfin. Il tient un couteau à la main. Frédérique reprend son argumentation, parle encore de la maman de Dominique. Elle doit jusqu'au dernier moment essayer de le persuader.

Dominique écoute …. il s'approche d'elle, et coupe les liens qui tenaient ses mains dans son dos.

Il tombe  assis par terre et pleure ; la tête entre ses mains.

Frédérique remets ses vêtements. Ses mains sont restées tellement serrées derrière son dos que tous ses gestes sont d'une douleur extrème. D'un pas silencieux et sans dire un mot, elle se dirige vers les escaliers qu'elle descend doucement.

Plus rien ne bouge en haut. Frédérique saisi alors ses clefs et sort en courant, se précipite vers sa voiture et part aussi vite qu'elle le peut. Dominique est descendu à son tour en entendant le moteur. Mais Frédérique a pu passer l'ouverture de la propriété. Elle tourne à droite … à gauche … à droite …. des chemins, des plus grandes routes …. peu importe, où elle va... elle fuit ! Elle doit aller sur des routes que Dominique ne prendra pas. elle s'arrête enfin. Et là, les nerfs tombent d'un coup. Elle reste là, sur le bord de la route. Elle tremble de tous ces membres, elle pleure encore et encore, avec des sanglots incontrolables. Là encore, le temps n'a plus d'importance. Mais il est presque 18h ….

Elle appelle alors son amie Mélanie. Qui lui dit de venir. Frédérique mets un temps fou à réussi à lui explique  ce qui vient de se passer. Mélanie lui conseille d'aller à la gendarmerie. Ce qu'elles font ensemble.

Les gendarmes prennent aussitôt en compte, la plainte. Le procureur lance alors la procédure. Déposition, examen médical et constat à l'hôpital. Elles en ressortiront à 23h30.

 Nous sommes le samedi. Le dimanche une perquisition à lieu chez Dominique. Les liens qui ont servi à séquestrer Frédérique sont encore là. Le lit encore défait. Le couteau toujours sur place dans la pièce. 

Le Lundi Dominique est entendu à la gendarmerie. Il reconnait les faits … et est placé en garde à vue. Cependant, il laisse un doute sur le viol. Oui, il a attaché  Frédérique… Oui il lui a ôté ses vêtements ... Oui il l'a menacé de mort et de se suicider ensuite …. Oui ce qu'elle dit s'est bien passé … mais il ne se souvient pas du viol. Il ne dit pas que ce n'est pas vrai, il a bien baissé le pantalon et relevé le pull… il dit juste ne pas se souvenir "ensuite".

Mais Dominique est aussi quelqu'un de très intelligent. Qui sait fort bien qu'une agression sexuelle sera jugée en   correctionnel, alors qu'un viol est jugé aux assises.

Jamais il ne reconnaîtra le viol. Il gardera tout le temps la version "je ne me souviens plus" ... 

Le jugement est donc passé en correctionnel dernièrement.

Mais durant les six mois entre l'agression et le jugement ; il y a eu les réactions des autres …. ceux qui se positionnent. Parce que les gens doivent se positionner face à un tel acte.

Il y a les villageois... ceux du bourg … qui se disent que bien des choses vont voler en éclat dans leur village. Alors, au final .. comme Frédérique à quitté le village ; rien ne sert de tourner le dos à Dominique …. et puis . .. si il avait vraiment fait quelque chose, ça se saurait, Dominique serait en prison ! .... Ces gens là, font donc comme si  rien ne s'était passé .... 

Il y a ceux au contraire, qui, sans être proches ni de l'un ni de l'autre ; ne peuvent pardonner un tel acte à Dominique. Et sont venus dire à Frédérique qu'ils la soutenaient dans cette terrible épreuve. 

Il y a les amis …. ceux de Dominique … qui vont à la chasse, qui vont dans la maison de Noirmoutiers … et qui se disent qu'au final, ce n'est pas un petit viol non reconnu vraiment, qui va changer le cour de leur petits parties de chasse, et encore moins de leurs week-end à la mer …. Et dans ces « amis » là, il y en a pourtant qui étaient plus proche de Frédérique que de Dominique …. mais  Frédérique n'a plus ce confort qu'ils appréciaient vraiment dans leur amitié … aussi, ils excluent Frédérique, et ont durant ce labs de temps, passés quelques week-end à la mer .... 

Ou cet ami commun, que j'ai vu dernièrement, et qui m'a dit "tu comprends ... Dominique est mon ami .... et je n'ai pas beaucoup d'ami ... "

Comme dans l'affaire Weinstein ! Les gens savent  ... mais les intérêts divers font que les gens préfèrent fermer les yeux ! 

Et surtout, il y a un Dominique, qui, pour ne pas perdre la face, a passé un temps fou à entrer en contact avec tout le monde afin de les persuader de faire le bon choix entre se ranger du côté de Frédérique, ou du sien. Ce qu'il a tenté de faire aussi auprès d'un Fabrice tellement furieux, qu'il l'a vertement envoyé balader. 

Mais il y a aussi et surtout la famille de Frédérique,  les amies de Frédérique …. qui ne se soucient ni de confort personnel ni d'aucun bien-être. Qui voient seulement que, ce que Dominique a fait subir à Frédérique, est inqualifiable !

Mais comme dans l'affaire Weinstein, les langues se délient depuis. Et durant l'instruction de cette affaire rurale, des propositions indécentes à des mineurs  ont été révélées … du harcèlement « galant » envers des femmes  … mais aucune plainte.

Lors du procès, Dominique a reconnu certains faits et expliqué que tout était fait  avec de  bonnes intentions …. mais la justice a tout de même trouvé que ses bonnes intentions méritaient :

 

justice2

 

- 1 an de prison, dont 6 mois avec sursit. (donc : 6 mois fermes !)

- une obligation de soins psychiatriques.

- une interdiction d'approcher ni de  Frédérique ni de ses enfants.

- d'être fiché sur le registre des délinquants sexuels.

 La justice reconnaît à Frédérique la position de victime d'agression sexuelle. Et a condamné aussi Dominique à verser des dommages et intérêts à Frédérique.