L'Union Européenne voudrait modifier le changement d'heure ! 

Bien que ce changement d'heure  nous agace deux fois par an, fin mars et fin octobre, une question importante se pose tout de même. Après avoir emmerdé tout le monde depuis 1976, pour une soi-disant économie d'énergie, qui maintenant se révèle pas si concluante que ça ; à quelques semaines de la date fatidique du passage à l'heure d'été, où on avance les horloges d'une heure, il est question que tout s'arrête. 

Petit rappel historique (j'adore les rappels historiques !) 

L'heure d'hiver, est l'heure H. Bien qu'elle soit déjà décalée de 1h sur l'heure solaire. 

 En 1784, Benjamin Franklin  évoque pour la première fois dans le quotidien français le Journal de Paris, la possibilité de décaler les horaires afin d'économiser l'énergie.

Franklin-Benjamin-Journal-de-Paris-1784

Rappelons tout de même qu'à cette époque, la lampe à huile pour les plus riches et les bougies pour la majorité, restent les moyens d'énergies pour s'éclairer. Et le changement d'heure proposé est une véritable économie. S'éclairer plus tard, et pouvoir  travailler plus longtemps le soir. 

L'idée n'est pas suivit. Ce n'est qu'en 1907 que les Britanniques  la reprennent , mais ne la mettent en application qu'en 1916, ainsi que l'Allemagne et la France. 

Si bien que l'hiver, nous sommes décalés de 1h sur l'heure solaire, mais que l'été, nous sommes donc décalés de 2h. 

Durant l'occupation, en France, au sein même de notre pays, il y a deux fuseaux horaires. L'un sur la zone libre, et l'autre sur la zone occupée. 

En 1945, le changement d'heure est abandonné, il était même prévu que le décalage de 1h par rapport au soleil le soit aussi. Mais la deuxième proposition n'a pas eu de suite. 

En 1973, le choc pétrolier, entraîne la France à réfléchir sérieusement aux économies d'énergies. Souvenez-vous du spot "En France on n'a pas de pétrole, mais on a des idées". Et voici qu'on nous ressort de derrière les fagots, le fameux changement d'heure ; qui reprend effet en 1976. 

heure-hiver-ete

Nous aurait-on pris pour des imbéciles durant 42 ans ? 

Pas exactement en fait. Ce n'est pas au moment du passage à l'heure d'été fin Mars,  que l'économie se fait ressentir. Il faut attendre plus tard, Mai, pour en voir les réels effets ; lorsque le jour dur plus tard et évite ainsi l'utilisation de l'éclairage. Pendant des années, de véritables économies d'énergies ont été réalisées. 

Selon le rapport 2009 de l' ADEME et EDF, c'est environ 440 Gwh et 44 000 T de CO2 qui ont été ainsi évités grâce au passage à l'heure d'été. 

Mais depuis, avec les LED, les éclairages publics limités, et améliorés ; les lampes fluorescentes ou solaires ; permettent une telle économie d'énergie permanente, que les changements d'heures ne semblent plus être la solution évidente à l'économie d'énergie. 

Le changement d'heure n'est pas sans effet sur la santé publique. Troubles du sommeil, troubles du comportement, difficultés d'adaptation. 

En 2018, le parlement Européen en a donc conclu, que compte-tenu du peu d'effet économique, il n'y avait plus lieu de faire subir ce changement d'heure à la population. 

Bien ! Voilà une bonne chose, qui en réjouie plus d'un ! (Moi la première) 

La question cruciale qui, bien entendu n'a absolument pas été abordée, ou du moins pas directement ; allons nous, tout de même rester sur 1h de plus que le soleil ? 

Et qu'en est-il de décidé ? Passerons-nous en heure d'été en Mars, pour y rester ? Avec les magnifiques longues soirées d'été. Et ne pas repasser en Octobre à l'heure d'hiver ? Ou bien n'allons-nous pas avancer les pendules le 25 Mars comme prévu, et rester en heure d'hiver ? Auquel cas, à 21h en Juillet, il fera nuit ? 

La proposition est en cours ; mais ce n'est pas pour autant que tout sera mieux ....