Les dons affluent, tant critiqués ; la cause divise. 

Quoi qui se dise, quoi qui se fasse, tout est détourné vers le négatif. 

Dans uns société critique, où il n'y a plus aucune reconnaissance de l'altruisme, nous en arrivons à ne plus voir de "généreux donateurs" pour peu qu'ils aient beaucoup d'argent. Ils sont alors catalogués comme "opportunistes" ! 

Et au milieu de toutes ces critiques financières et politiques, des choses importantes se trament aux conséquences lourdes. 

Groupama, propriétaire de bien immobiliers immenses, fait un don ! Et pas des moindre ! Pas d'argent ; ainsi il n'entre pas dans la ligne de mire des tireurs, qui viennent décortiquer chaque gros donateur. 

Si on cherche  un peu, on prend conscience que  Groupama est détenu majoritairement par Orange. Orange est à 64.5 % à l'état Français. 

Donc, c'est l'état lui-même qui va faire un don. A celà, rien d'anormal. 

Mais là, moi, ce qui m'interpelle, c'est la nature du don en question. 1300 chênes centenaires ! 1300 chênes d'une forêt de l'Eure ! Car groupama est le 3ème propriétaire privé des forêts de France. L'estimation des possessions du groupe est faite à 20 000 hectares de forêt. Soit deux fois la taille de Paris. 

Mais je vous laisse immaginer ce qui se serait passé, si Mr Macron, avait annoncé que 1300 chênes allaient être mis à disposition pour la reconstruction de la cathédrale de Paris ! Le fait que ça passe en don privé d'un groupe, ça passe mieux ! 

Afin de respecter le travail des charpentiers de l'époque, 1300 chênes centenaires,  c'est la quantité estimée pour la charpente de Notre Dame. Les arbres prélevés, viendront de la forêt de Conche-en-Ouches. 1300 chênes !!! Ce n'est pas rien tout de même.  Certes les arbres prélevés seront remplacés. Mais losqu'on sait qu'il faut 50 ans pour qu'un chêne devienne adulte, nous allons voir s'effectuer toute une déforestation en Normandie,  sur une période de 50 ans !

Moi, ça me laisse dubitative ! 

A l'origine de sa conception, Notre Dame n'avait pas de flèche. Ce n'est qu'entre 1220 et 1230 qu'une première flèche est mise. En raison de son affaissement, elle est démontée entre 1786 et 1792. Notre Dame reste sans flèche plus de 50 ans. 

fleche_notre_dame

Une nouvelle flèche est réalisée au XIX è siècle. Inaugurée en 1859. Avec les matériaux et la façon de construire  de l'époque, et non selon la méthode de construction d'origine. 

La question que je me pose, est de savoir pour quelle raison, aujourd'hui, en 2020, on souhaite remettre Notre Dame à l'identique. Pour une somme faramineuse,  au lieu de faire avec notre temps, des techniques et des matériaux plus actuels.  Est-il nécessaire de refaire une flèche ? Est-il nécessaire de la refaire à l'identique ? Faut-il vraiment abattre ces 1300 chênes centenaires ? 

D'autres vestiges du patrimoine ont été rénovés avec plus de modernisme.  Avec maintes critiques au moment des rénovations, mais au final avec le temps, sont devenus malgré tout,  des sites incontournables du patrimoine français. 

Le meilleur exemple : Le Louvre ! 

Et si nous parlons chiffres, ce sont 50 personnes qui y travaillent,  5 millions d'euros d'entretien annuel du monument et de ses intérieurs. 13.6 millions d'entrées annuelles. L'accès est normalement gratuit, mais la visite de Notre Dame est à 9 €, et la visite de Notre Dame et des tours à 29€. En prenant une moyenne de 15€, nous arrivons donc à 202 500 000, 00 €. (deux cent deux millions cinq cent mille euros)

Ce manque à gagner va être très important. Ce qui justifie sans doute aussi le souhait de travaux rapides. 

Bien sûr qu'il faut réhabiliter Notre Dame ! Bien sûr qu'il faut la reconstruire ! Mais restons intelligents dans ce projet malgré tout. Et dans la durée du temps prévu à cet effet. 

Car les cinq années annoncées sont tout simplement grotesques !