Lorsque "Tatie Danielle" est sorti en 1990, chacun a reconnu connaître au moins une Tatie Danielle, dans son entourage. 

Une personne relativement âgée, toute gentille à l'extérieur, et particulièrement fourbe au final. 

Disney, lui-même, avait donné des  noms à ses sorcières ; Ursula (La petite sirène) Médusa (Bernard et Bianca) ; Cruella (Les 101 dalmatiens) ; Maléfique (La belle au bois dormant). Tout comme, pour un homme, on emploi souvent aussi le pseudonyme de "Lucifer" ou "Satan". Ce sont des personnages particulièrement mauvais. Redoublant de ruses et de persévérance afin  d'arriver à leurs fins.  Et qui ont un point commun :  d'être des pervers narcissiques. 

 

sorcières

 

J'ai été très surprise, lorsque j'ai entendu parler d'une personne bien précise, sous l'appelation de "Cruella". Comme je ne condamne jamais, seulement sur les dires et les impressions des autres ; je n'y ai pas porté caution. Bien que je trouvais le nom vraiment fort. ; et surtout significatif de la vision qu'ont les personnes qui l'appellent ainsi. 

Depuis, le temps a passé. Et maintenant, même si je refuse moi-même d'utiliser ce pseudonyme ; je ne le comprends que trop bien. Et à la réflexion, c'est certainement même celui qui lui correspond le mieux. 

Ce qui m'interpelle le plus, c'est lorsqu'on me demande à moi, si elle est aussi "mauvaise" que ça. Et que comme une imbécile, je réponds que je n'ai pas à commenter quoi que ce soit ... et que mon naturel étant toujours le même ; j'arrive même à lui trouver des circonstances atténuantes.  

Et le "pire du pire", c'est que je me dis que si elle savait, ne serait-ce que la moitié, de ce que les autres pensent, pour en arriver à l'appeler ainsi,  elle serait persuadée que j'y suis pour quelque chose. Alors qu'il n'en est rien.

Certaines réputations précèdent bien des éléments ; et perdureront  aussi bien au delà. 

Il ne faut pas oublier que la réputation qu'on a, on se l'est faite soit même ; et que lorsqu'on vous donne "Cruella" en surnom ; c'est que vous avez dû  sacrément donner du grain à moudre pour en arriver là.