Révolution dans les remboursements de l'homéopathie ! 

homéopathie-remboursement

Depuis toujours l'homéopathie est sujet à controverse. Des milliers de personnes ne se soignent que par homéopathie, mais pour la Haute Autorité de Santé,  les résultats ne sont pas probants, en raison de l'absence d'efficacité avérée. 

La conséquence, est que en 1984, les remboursement pour l'homéopathie, étaient de 65%, et sont passés en 2003, à un remboursement à 35% puis à 30% en 2004.

En 2021, les traitement homéopathiques ne seront plus remboursés du tout. A 2.50 € le tube, en moyenne, il en restera une utilisation en vente libre. 

Mais là aussi, on marche sur la tête budgétairement ! 

Alors que la CPAM rembourse 56.4 millions d'euros pour l'homéopathie, le remboursement atteint 19.598 milliards d'euros pour les médicaments. ( source Sciences avenir) 

Alors que la pratique de l'homéopathie est vieille de 2 siècles. Préparations milimétrées chez les apoticaires, la présentation à évolué, mais les noms sont toujours aussi mystiques. 

En 1982, 15 % de la population a recours occasionnellement à l'homéopathie. 40 % en 2000, et 58 % aujourd'hui. Pour soigner les  petits traumatismes. Pour les plus graves problèmes, ces mêmes personnes ont tout de même recours à la médecine médicamenteuse. (source Doctissimo). Le prix individuel d'un médicament homéopathique est 4 à 5 fois moins cher qu'un autre  médicament.

Dans sa grande guerre aux économie, la France décidé de supprimer purement et simplement le remboursement des médicaments homéopathique. 

Faut-il en déduire que les personnes ne se soigneront plus, qu'en payant la totalité des traitements ? C'est qu'il y a fort à penser, car peu de personnes qui se soignent principalement par homéopathie, reviendront aux traitement remboursés. C'est ce que compte l'état français en adoptant cette solution, pensant renflouer les caisses déficitaires de la CPAM. 

Mais il y a fort à penser tout de même, que certains vont malgré tout devoir se tourner vers les médicaments remboursés, et ainsi augmenter la sommes annuelle des remboursements. Mais ça, seule une étude d'ici 4 à 5 ans, pourra répondre à ce point. 

Il faut bien sacrifier quelque chose sur le bûcher de l'économie !!! Là, on sacrifie des milliers de personnes qui vont voir leur pouvoir d'achat  diminuer en perdant le remboursement des médicaments homéopathiques qu'ils utilisent. Pour que l'état se glorifie d'une économie nationale.