Les BlaBlas de Dame Papote

23 janvier 2020

Les morts insolites de l'histoire

 

histoire

 

L'histoire adore que l'on meure de façon héroïque. 

Les grands de ce monde, d'ailleurs, toujours selon l'histoire, se doivent de mourir dignement. Ils ne "râlent" pas, ils ont toujours des phrases historiques, au moment de passer de vie, à trépas. Surtout les rois ! 

Même si quelques une se sont bien dites au moment crucial, les historiens se rallient à l'idée que bon nombre d'entres elles, si elles ont été dites, étaient antérieures à ce moment fatidique. 

La légende veut donc que l'on meure dans la sagesse et la dignité. Quelle que soit la cause de la mort. 

Cependant, certains n'ont guerre eu le temps de philosopher au moment de mourir ; tellement leur mort fut rapide. Et certaines morts restent plus dans la catégorie "morts insolites" que dans celle des "morts philosophiques". 

• Eschile (525-456 Av JC) est mort sur le coup, après avoir reçu sur la tête, une tortue vivant qu'une rapace a laissé tomber. 

• Louis III (863-882) Être roi te donne un avantage particulier : celui de pouvoir entrer partout à cheval. C'est ce que fit Louis III en 882, mais sa tête heurta violemment un linteau de porte trop bas, et il mourut sur le coup. 

• Frédéric 1er (empereur germanique 1122-1190). Lors de la 3ème croisade, il arrive en Turquie, et saute du bateau habillé de son armure. Il meure, non pas noyé, mais  d'hydrocution. 

• Maximilien 1er de Habsbourg (1459-1519), meure le 12 janvier 1519, d'une consommation excessive de melon. Très certainement en raison d'en allergie, car son propre père Frédéric III était mort 26 ans plus tôt dans les mêmes circonstances. 

Voici donc quelques cas de morts insolites de l'histoire. 

Mais je voudrais terminer sur un fait   très surprenant, que j'ai trouvé, lors de mes recherches.

L'épidémie dansante. Plusieurs manifestations de "manie dansante" ont été répertoriées au cours des siècles. le 15 juin 1237 à Erfut (Allemagne), en 1374 aux Pays Bas, en 1417 à Aix La Chapelle, en 1418 en Alsace, et celle de 1518 à Strasbourg. C'est cette dernière, largement documentée qui laisse les traces historiques de ce phénomène mystérieux. Entre 1200 et 1600, une vingtaine de cas d'épidémie dansante ont été recensés. Puis en 1853, à Madagascar.

Même à ce jour, aucune explication scientifique  n'est donnée sur ces cas. 

En Juillet 1518, une femme (Frau Trofféa) se mit à danser de façon frénétique, dans les rues de Strasbourg. En une semaine, 36 autres personnes, faisaient pareil. Et en un mois, elles étaient aux alentours de 400. Dans des rues différentes de la ville. Certaines moururent d'épuisement, d'autres subitement. Les personnes prises de cette crise dansante qui survivaient, arrêtèrent d'un seul coup, un matin de danser. 

 

Posté par MaDamePapote à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 janvier 2020

Citation E.C

esprit-criminel

 

Ce que nous faisons pour nous même disparaît avec nous. Ce que nous faisons pour les autres et monde est immortel et demeure

Albert Pine

Posté par MaDamePapote à 05:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 janvier 2020

Couleur nature

3

Posté par MaDamePapote à 08:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 janvier 2020

MAO

Depuis la perte de Boris, nous sommes inconsolables. Si moi, je reprendrais bien un autre chien, Fabrice lui, reste sur ses positions de "plus jamais". 

Les enfants ont des chiens (Patau ( adorable croisé labrador)  chez Raphaël, Sam  (beau croisé malinois aux yeux verron ) chez Aly et Éna (très belle petite husky) chez Rose. 

Et chez ma cousine chérie, il y a Mao.

mao1.... mao2

 

Un magnifique chow-chow, qui est habitué à me voir, puisque avec Estelle, nous sommes inséparables. 

Estelle a subit une opération, et ne peut plus, pour le moment s'occuper de Mao. Depuis Octobre, nous l'avons donc à garder. 

Un pur bonheur !!! Son caractère : distant, indépendant, loyal et silencieux. Ce n'est pas un chien qui va tout le temps être dans nos jambes. Sauf lorsqu'il veut quelque chose de précis. S'l veut sortir sur le balcon, ou s'il trouve que sa gamelle manque d'eau (il déteste une gamelle à moitié pleine) ; alors là, il se plante devant ou derrière moi, droit comme la justice, afin de me signaler qu'il a un besoin auquel je dois répondre. 

C'est un chien qui n'aboie pas, ou très rarement, et uniquement si il ressent un danger. 

Super fidèle, il faut qu'il t'accepte dans son cercle d'intime ! Sinon, il ne viendra même pas te regarder et encore moins chercher des caresses.  Lorsque Estelle nous l'a amené, alors qu'il me connaît bien, il est resté trois jours sans manger ni vouloir sortir. (et sans salir pour autant la maison). Je dois reconnaître que j'ai été assez inquiète. Il passait ses journées et ses nuits devant la porte fenêtre à attendre. Et puis, la vie avec nous a commencer. Il a pris ses repères. Moi comme substitue de Maîtresse. Et Fabrice, qu'il ne va trouver que lorsqu'il est à table. 

C'est une chien très ritualisé dans ses sorties. Elles doivent être courtes car ce n'est pas un grand marcheur, et toujours sur un même parcours. Si je change pour une grande balade, il va freiner pour revenir sur le parcours qu'il a déterminé (à savoir juste le tour du square). 

Ses points faibles : il est très fragile des yeux, qu'il faut nettoyer au minimum trois fois par jour. De toute évidence il est mirot ; il voit bien quelque chose, mais si ça n'a pas l'odeur d'un chien, et si c'est au loin, il se mettra en alerte (il stoppe net, planté comme un "i") jusqu'à ce qu'il ait enfin pu comprendre ce que c'est, et d'un seul coup, il se met à tirer de toutes ses forces pour aller au plus près de ce qui l'intrigue). Si bien que des fois, pour un papier qui vole dans la rue ou un pigeon qui s'est posé au sol, j'ai droit au même cirque. 

En résumé, il est non seulement magnifique ; mais absolument idéal à garder. Il lui aura fallu un bon mois pour qu'il prenne ses habitudes chez nous et trouve ses repères. Lorsque je l'emmène voir sa maîtresse, il est véritablement heureux de la voir. Et là où nous voyons qu'il a ses repères, c'est que le retour chez nous se fait comme quelque chose de naturel. 

Nous avons pris ensemble nos habitudes, de sorties, de câlins et de vie. Je suis très heureuse de le garder, et Estelle sait qu'il est bien avec nous. 

Tout le monde est rassuré .... et c'est tant mieux, puisqu'il est là pour plusieurs mois. 

Posté par MaDamePapote à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 janvier 2020

La communication non violente

Mardi soir, je suis allée avec mon amie Claude, à une conférence sur la communication non violente. Donnée par Charlotte Goislot (coaching en psychologie positive) 

charlotte

 

 

https://www.facebook.com/Charlotte-Goislot-Coaching-Psychologie-Positive-499465257205958/

 

Comme tout un chacun, je rève d'un monde appaisé, et que tout commence par des échanges de proximité agréables et sereins. 

Après plus de 26 ans dans un milieu professionnel où la relation à l'autre est primordiale, où la façon d'échanger l'est tout autant ; je me suis retrouvée dans un univers où rien de ça n'existe. 

Lorsque le monde qui t'entoure est nocif, tu ne peux qu'étouffer.  

Je me suis donc mise, par obligation,  à évoluer dans un univers qui mentalement ne me convient pas. J'en garde des séquelles profondes. 

Nous ne sommes pas dans le monde de Charlotte aux fraises, mais il y a des moments où nous pouvons largement instaurer un bien-être relationnel et appaisant. 

Cette conférence me redonne l'espoir de pouvoir, sans changer les autres, de pouvoir au moins remettre en application plus souvent,  certains principes que j'ai eu tendance à mettre de côté. 

Gandhi, souvent sité pour sa sagesse, donne toute la dimension au concept de la non violence. 

"Commencez par changer en vous, ce que vous voulez qui change autour de vous"

"Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde"

 

La CNV repose sur une pratique du langage qui renforce notre aptitude à conserver nos qualités de cœur, même dans des conditions éprouvantes. »

Le processus de Communication NonViolente peut être utilisé de trois manières :

  • communiquer avec soi-même pour clarifier ce qui se passe en soi (auto-empathie) ;
  • communiquer vers l'autre d'une manière qui favorise la compréhension et l'acceptation du message (expression authentique);
  • recevoir un message de l'autre, l'écouter d'une manière qui favorise le dialogue quelle que soit sa manière de s'exprimer (empathie).

Pour que ce processus favorise réellement la coopération et le dialogue, cela suppose :

  • une attention au moment présent ;
  • une intention claire de favoriser le dialogue et la coopération.

 

 

Posté par MaDamePapote à 08:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2020

Cookéo en duo

COOKEO2

Ingrédients : 

Huile d'olives

un filet mignon mariné (chez intermarché, ils sont vendus déjà marinés) 

1  oignon émincé

1 petite boîte de champignons émincés

2 CàS de miel

200 ml de fond de veau

2 CàS de crème fraîche liquide fleurette

Recette

Tronçonner le filet mignon 

en mode doré,  faire revenir :

les oignons et les champignons dans de l'huile d'Olive

Ajouter la viande et le miel et laisser dorer sur toutes les faces

Ajouter le fond de veau

Mettre sous pression 15 mn 

Ajouter seulement après, la crème fleurette

Servir avec des pâtes fraîches. (là, il s'agit de tagliatelles aux truffes, prises chez Lidl)

filet mignon

 

 

Posté par MaDamePapote à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 janvier 2020

Ma vie dans les bras de James

 

L'optimisme - Ma vie dans les bras de James

L'optimisme est une clé ! Elle n'ouvre pas toutes les portes, loin de là, mais elle permet de pouvoir entrer dans un univers plus agréable. Je souspçonne malgré tout mon optimisme, d'avoir dérobé la cape d'invisibilité de Harry Potter, pour quelque fois se planquer, afin que je n'arrive plus à le voir.

http://dpapoteparkinson.canalblog.com



Posté par MaDamePapote à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2020

Édito de campagne #14

EDITO_Campagne2

 

Nous rentrons dans le feu de l'action. Les listes se dévoilent, au grand jour, officialisant ainsi leurs candidatures. 

Chacun espère battre les autres, et détrôner ainsi les Maires en place. 

Les Maires en place, espèrent bien, quant à eux, continuer à diriger leur ville comme ils l'entendent. 

A tous de convaincre les électeurs qu'ils sont les mieux placés pour diriger pendant six années, dans la démocratie, leur commune. 

Ceux qui s'intéressent à la politique, vont regarder de près les propositions, les autres, de temps en temps, juste lorsque l'une des listes parle d'elle, ou alors vient en descendre une autre. Le scandale fait vendre, ne l'oublions pas. D'ailleurs, certains se distinguent plus par des "esbrouffes", que par une véritable côte de popularité. 

J'admire ces maires qui laissent derrière eux une trace  tellement positive, que lorsqu'il est question qu'ils cessent de diriger la ville, les habitants se souviennent d'eux comme des personnes extraordinaires. 

Personne ne fait l'unanimité ; mais lorsque certaines communes sont plus connues pour leurs déboires, que pour leurs réalisations, ça interroge tout de même. 

Quelques exemples : 

Un maire (49), dont 8 membres de la majorité, démissionnent en milieu du mandat ... (Franchement, ceux là, je leur tire mon chapeau !!!) 

Un maire (34)  dénoncé pour abus de protection fonctionnelle (prise en charge des frais d'avocat par la commune).

Un maire (45) dénoncer pour ses frais de voyages exorbitants (imputés à la commune). 

Un maire (49)  poursuivit par un agent de la collectivité dont il voulait se débarrasser, (l'employée qui au final, est reconnue dans son bon droit par le conseil d'état). 

Un maire (77) poursuivit pour abus de bien sociaux. 

Un maire (33) accusé d'avoir voulu étouffer des manquements de la commune,  dans une affaire grave de pédophilie. 

Lorsqu'une ville est plus connue pour ses problèmes que pour le plaisir d'y vivre, il y a fort à s'inquiéter tout de même. 

Les campagnes électorales, sont aussi le moment, pour tous,  d'analyser la situation. De voir quelle est l'image que la municipalité renvoi sur l'extérieur. 

 

Posté par MaDamePapote à 07:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2020

Couleur nature

1

Posté par MaDamePapote à 08:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 janvier 2020

Burn out social

 

 

planete-bleue

 

Le burn out est maintenant bien connu dans le monde du travail. C'est  un état d'épuisement physique, émotionnel et mental lié à une dégradation du rapport d'une personne à son travail. 

Mais qu'en est-il lorsque ça concerne juste la vie ? Parle-t-on alors de Burn out social ? 

Lorsque les conditions de vie se dégradent d'elles-mêmes ; les conditions sociales, environnementales, financières ... Lorsque certains en appauvrissent d'autres volontairement, alors qu'eux-même brassent des millions sans la moindre culpabilité. 

Lorsqu'on entend haut et fort qu'il faut agir pour la protection de l'environnement ; que chaque petit individu essaye d'amener sa pierre à l'édifice, par des gestes individuels écologiques ; mais que dans le haut de la sphère, au nom des finances, on laisse encore plus les choses se dégrader, sans même intervenir. 

Lorsque tu t'épuises à essayer de faire changer les choses, à peine perdue, parce que rien ne changera jamais. Et que le peu qui change, si tu regardes bien, n'est qu'un leurre afin de faire croire que l'état lui-même se démène pour le changement, alors qu'il ne fait rien ou pas grand chose ! 

Après des années d'investissement personnel, des personnes qui consacrent  leur temps , et pour certains, leur vie, à vouloir faire de cette planète un univers vivable ; finissent par être si épuisées moralement que l'on peut vraiment parler d'un burn out social. 

Certains sont comme moi ; parce que je composte, que je tri mes déchets, que je donne aux resto du cœur et  à la banque alimentaire ; j'ai l'impression que le peu que je fais est déjà important. Et même moi, à mon petit niveau, certaines fois je me dis que ce n'est qu'une goutte dans l'océan. 

Lorsque je vois autour de moi, des connaissances qui ont un fonctionnement et une implication environnementale tels,  j'en reste dubitative, et admirative.

Malgré tous ces petits actes pour lesquels je me dis "c'est déjà ça" ; dans mon fond intérieur, je me dis que nous, humains, sommes en train d’étouffer notre propre civilisation. Nous coupons, ni plus, ni moins la branche sur laquelle nous sommes assis. Cette branche qui est le seule, sur une pente rocheuse, avec au dessous un vide sans fond. Une fois totalement coupée, c'est l’abîme qui nous attend ! Un gouffre ; une fin. 

Avec la perspective que d'ici à ce que la branche cède, nous ne serons plus là ; me laisse un goût amère. Parce que comme toujours, beaucoup ne veulent prendre conscience que des choses qui les concernent maintenant et directement. 

Les guerres ailleurs ? Tant qu'elle n'est pas à notre porte, le reste du monde s'en fiche. 

La pollution ? Tant que chez nous, on ne la voit pas directement, ce n'est pas si grave. 

Face à ces attitudes, à ces comportements ; à certains moments, je ressens ce burn out social. Je le ressens chez beaucoup, mais je le vis aussi certaines fois. 

Je me dis "à quoi bon" ? A quoi bon vouloir aider, à quoi bon m'impliquer dans des actions, qui ne seront qu'une petite brise là où il faudrait un ouragan !  

Lorsque je regarde un film dit "de science fiction", ou "catastrophe" ; je me dis qu'à un moment ou à un autre, nous allons y arriver ! 

Lorsque je vois ma vie sociale et environnementale lorsque j'étais petite, et tout ce qu'il y a maintenant, c'est à dire avec un espace de 50 années ; je me dis que je ne serais plus là dans cinquante ans ; mais qu'en sera t-il de la vie de William, Célia, Râyann, Lylou et Kendra ? Dans quelles conditions vivront-ils ? Et dans quel état sera leur planète ? 

Ces pensées me mettent dans un état de tristesse infinie. 

Ce n'est pas juste une pensée qui me vient de temps en temps, ce sont des pensées récurrentes et fréquentes. Et entre ces tristes pensées, je me dis malgré tout, que le peu que je fais, c'est déjà ça .... 

C'est ça, le burn out social !!! 

 

Posté par MaDamePapote à 06:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]