Je suis toujours surprise de l'évolution de la société. 

Nous sommes aujourd'hui dans le jugement de tout, tout le temps. 

Tout se juge, tout se critique, tout est sujet à polémiquer sans aucun respect. 

Les actions les plus simples, les actes les plus généreux sont passés au crible des "bien pensants". Parce que certains se croient justifiés dans leur façon de penser. 

Certes, nous sommes dans un pays libre. Nous sommes avec la possibilité de dire tout, et souvent n'importe quoi d'ailleurs. Si bien que les grandes causes deviennent des grains de sable au milieu de ces monticules de causes bidons, qui pourtant prennent une ampleur démesurée. 

Alors que Notre Dame est en partie détruite, l'appel aux dons a immédiatement été lancé. Et a immédiatement rencontré une vague de soutien et de participation. 

Et voici que l'acte de donner est décortiqué "à la passoire" . 

Quoi ??? des dons, qui en une journée rassemble des centaines de milliers d'euros, pour un monument alors que ...: 

- Le SDF n'ont pas tous un toit en hiver ...

Les gens meurent de faim en France ... 

Les restos du cœur et le secours populaires manquent de fonds ... 

Les revenus sont trop faibles ...

Les retraites sont trop basses ..

Les revenus sont inégaux ...

Depuis hier, les réseaux sociaux sont submergés de ces messages de critiques aux dons pour Notre Dame.  Faire un don pour de la pierre plutôt que pour des gens. 

Peut-être faut-il rappeler ce qu'est le don ? 

don

Le don c'est l'action de donner, sans contrepartie. Le don se veut désintéressé et intemporel. C'est l'action de donner ce que l'on possède, à quelqu'un, à une institution où à une œuvre. Principalement de l'argent. 

 La loi du 1er août 2003 relative au mécénat, aux associations et aux fondations permet aux organismes ou groupements recevant des dons de s’assurer auprès de l’administration, préalablement à la délivrance des reçus fiscaux, qu’ils répondent bien aux critères définis aux articles 200 et 238 bis du code général des impôts que les dons qui leur sont alloués ouvrent droit à réduction d’impôt. 

Dès lors que des organismes répondent aux critères définis aux articles précités, les dons qu’ils reçoivent ouvrent droit, pour le donateur, à une réduction d’impôt :

  • pour les personnes physiques de 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % du revenu imposable, ou de 75 % des sommes versées dans la limite de 537 € ;
  • de 60 % des sommes versées dans la limite de 5 ‰ du chiffre d’affaires pour les entreprises assujetties à l’impôt sur le revenu ou à l’impôt sur les sociétés.

Les organismes peuvent alors délivrer à leurs donateurs des reçus fiscaux ouvrant droit à réduction d’impôt.

Déjà, cette loi a permis de favoriser les dons. Mais il se fait, semble-t-il, une classification des dons. Il y a donc les "bons dons" et les dons qui ne devraient pas être ! Les critiques populaires vont dans ce sens : 

Tout ce qui est association humanitaire passe en premier ; et encore : association humanitaire sur le territoire ! Parce que l'aide humanitaire mondiale se doit de passer  derrière ! (sans déconner, on va pas faire des dons pour l'Afrique alors qu'en France, les SDF n'ont pas de toit en hiver !!!)

Il y a l'opinion public qui classe les bons dons des mauvais, et les statistiques qui parlent aussi.  En 2018, les français ont versé plus de 7,5 milliards d'euros  en dons ! 

dons

Alors plutôt que de venir, à grand renfort de critiques, statuer sur le "bon don" et le "mauvais don", laissons encore la générosité du don, exister par elle-même !