Quoi qu'ils fassent, mais vraiment ; quoi qu'il fassent ; les Macron sont passés au crible de la critique. 

De toute façon, maintenant, tu te présentes comme candidat aux présidentielles, avec l'idée de redresser le sort politique et financier de la France, persuadé que tu apporteras des idées nouvelles qui mènent à des actions concrètes, puisque c'est en général ce que le bon peuple souhaite. Et quoi que tu fasses, ça ne va pas. 

Chacun pourtant tient son propre budget, en devant faire des choix, quand celui-ci pose problème. Mais là, il faut que le président en place, redresse les choses sans toucher à rien ! Ben voyons !!! Il croit quoi le fameux peuple ? Que le mec en place va tout améliorer pour le seul bien-être du contribuable ? Et attention : il ne faut pas que quoi que ce soit de financier ne le touche, lui ou la 1ère dame, d'un peu trop prêt ! Sinon c'est l'émeute ! 

Pourtant, cette fois, nous avons un président qui fait la transparence sur tout. Alors que depuis des lustres, on ne savait pas trop où allait l'argent du contribuable ; voici que là : on sait ! Il y a des dépenses superflues depuis toujours, mais maintenant elles apparaissent clairement. 

Quelle histoire que de changer le service de table de l'Élysée ! Là encore, on annonce dans la presse que ce qu'on a envie de dire. Et surtout, on jette au peuple un os à ronger ! On annonce 500 000  euros ! Alors qu'au final, c'est 50 000 euros ! Et là aussi, on ne donne pas toutes les infos, car le bon peuple ne va pas aller chercher plus loin non plus. Seulement, si sa mémoire et ses connaissances, ainsi que sa culture générale,  étaient un temps soit peu intéressées par la vérité, il se ferait un peu moins berner ; le bon peuple de France ...

La manufacture de Sèvres, est un bien public ! Ce n'est pas une entreprise privée. C'est géré par le ministère de la culture. Avec une subvention de 60 % de l'état. La vaisselle ne coûtera strictement rien. C'est l'artiste qui réalisera les dessins dessus (Evariste Richer) qui est ainsi rémunéré. Il va réaliser de véritables œuvres d'art, représentant les bâtiments de la présidence. Est-ce que le bon peuple vérifie lorsque la France acquière une œuvre d'art pour un des musées nationaux ? 

Quant à la piscine de Brégançon ; n'en parlons même pas !

bregançon

Cette résidence présidentielle coûte tout de même 100 000 € annuels. Elle a subit au fil des différents présidents, bien des changements. Notamment de mobilier sous les Pompidou. La piscine était déjà prévu sous les Sarkosy, mais n'a pas été faite. Elle est  au programme des aménagements sous les Macron.

Sous Mittérrand, c'est la résidence de vacances du 1er ministre, La Lanterne.

la lanterne

Qui avait bénéficié de deux aménagements : piscine et terrain de tennis. Et c'est passé totalement innaperçu puisqu'on ne rendait pas public les dépenses de l'état. Seule la cour des comptes y mettait son nez, et le peuple avait le yeux voilés. 

Mais ce qui a été le plus récurant, reste sans nul doute Sousy-La-Briche.

sousy

Là encore, sous Mittérrrand, c'est sa résidence de week-end. Où il s'éclipse avec sa famille secondaire. Il y fait aménager des écuries pour un cheval reçu en cadeau, de je ne sais plus quel pays ; qui fait le bonheur de Mazarine. Puis à la fin de sa vie, toute l'habitation est médicalisée pour qu'il y finisse ses jours. A quel moment le bon peuple a-t-il su ça ? 

Et on vient faire tout un cirque pour  des ‘uvres d'art sur la vaiselle à l'Élysée et une piscine à Brégançon  ? 

Arlette Laguyer s'est présentée des décénies à la présidence de la république. Elle vivait en HLM et n'avait aucun patrimoine immobilier. C'était bien quelqu'un du peuple ... et pourtant personne n'a eu l'idée de se dire qu'elle résoudrait sans doute déjà, toutes ces dépenses superflues de la présidence en place ... 

Maintenant, les choses sont dites, les prix annoncés par le gouvernement en place  ; c'est une bonne chose. Mais au final pour être systématiquement portées en critiques.

Mieux vaut en rire ... et en profiter car le prochain gouvernement ne fera sans doute pas pareil.