C'est le buzz en ce moment, et nous n'entendons parler que d'elle : Greta Thunberg.

greta thunberg

Je veux faire un post sur ce phénomène !

Greta Thunberg est née en 2003, ce qui fait qu'elle a 16 ans aujourd'hui.

A l'âge de 11 ans, elle fait une grosse dépression. Et est diagnostiquée Asperger. (avec tout ce qui va avec : TOC, mutisme sélectif etc ..) Elle se prend de passion pour l'écologie. Et en fait son cheval de bataille.

En 2018, elle participe à un concours organisé par le Svenka Dagbladet, qui propose au jeunes suédois d'écrire un article pour les jeunes, parlant du climat.

Ensuite, les choses s'enchaînent rapidement. Elle organise une grève pour le climat, devant son école ; les journalistes s'en mêlent, les réseaux sociaux ; et voici Greta mise sur le devant de la scène. Et va de pays en pays ; interpeller ceux qui sont censés s'interesser et solutionner les problèmes concernant le climat et l'environnement. 

Certes sont discours et ses prises de position sont importantes, mais de là à mettre sur le plan mondial une ado Asperger en avant pour l'évolution de prises de décisions concernant le climat … ça laisse dubitatif tout de même.

N'est-ce pas justement pour ces deux raisons là, qu'elle est mise au devant de la scène par de personnes plus ou moins bienveillantes ? De là, à l'emmener aux parlements et autres instances politiques sur la question climatique, il y a tout de même à se poser des questions.

Il est intéressant que la jeunesse actuelle prenne conscience du problème climatique mondial.

Des spécialistes en la matière ne sont pas écoutés ; des propositions visant à améliorer quelque peu la situation ne sont pas entendues, et des décisions élémentaires, proposées toujours par des personnes ayant une connaissance pointue sur la question, ne sont toujours pas prises ;  et on voudrait nous faire croire que cette ado de 16 ans, en pleine crise et souffrant du syndrome d'Asperger, serait la solution ??? On la met au devant d'uns scène politique comme si elle pouvait avoir conscience des conséquences politiques et économiques ; qui sont justement les raisons pour lesquelles bien des décision élémentaires restent en suspend ! 

Peut-être que Greta est l'avenir politique écologique de demain en Suède. Peut-être même qu'elle aura un rôle à jouer dans la politique mondiale , un jour.

Mais encore faut-il lui apprendre à savoir garder les pieds sur terre, car avant même qu'un avenir se profile, personne ne semble la freiner sur le fait que l'écologie passera par des gens qui devront rester simples dans leurs visions des choses et dans leur attitudes. Et que la presse, qui a déjà commencé la manipulation à son égard, n'en a surtout pas fini. Et que les politiques ne vont pas non plus s'arrêter là.

A la base, tous les hommes et femmes qui se lancent en politiques, le font sur de bonnes intentions …. et puis ; ils deviennent Politiques !!

 

Voici le teste que Greta a fait lors du COP 24 (nom informel de la 24e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques)

 "Notre biosphère est sacrifiée pour que des personnes riches dans des pays comme le mien puissent vivre dans le luxe. Ce sont les souffrances du plus grand nombre qui payent pour le luxe de quelques uns.

Beaucoup disent que la Suède n’est qu’un petit pays et que ce que nous faisons n’a pas d’importance. Mais j’ai appris qu’on n’est jamais trop petit pour faire une différence.

Et si quelques enfants peuvent faire les gros titres partout dans le monde simplement parce qu’ils ne vont pas à l’école imaginez ce que nous pouvons faire ensemble si nous le voulons. Mais pour cela  nous devons parler clairement même si ça peut être inconfortable.

Vous parlez de croissance économique verte et durable parce que vous avez peur d’être impopulaires. Vous parlez de poursuivre les mêmes mauvaises idées qui nous ont mis dans cette situation alors que la seule réaction logique est de tirer le frein à main. Vous n’êtes pas assez matures pour dire les choses telles qu’elles sont. Même ce fardeau, vous nous le laissez à nous, les enfants. Mais je me moque d’être populaire. Je tiens à la justice climatique et à une planète vivante. Notre civilisation est sacrifiée pour permettre à une petite poignée de gens de continuer à gagner d’énormes sommes d’argent. 

En 2078 je fêterai mes 75 ans. Si j’ai des enfants peut être qu’ils passeront cette journée avec moi. Peut-être qu’ils me demanderont de parler de vous. Peut-être qu’ils me demanderont pourquoi vous n’avez rien fait alors qu’il était encore temps d(agir. Vous dites que vous aimez vos enfants par-dessus tout et pourtant vous volez leur futur sous leurs yeux. Jusqu’à ce que vous vous concentriez sur ce qui doit être fait plutôt que sur ce qui est politiquement possible, il n’y a aucun espoir. Nous ne pouvons pas résoudre une crise sans la traiter comme telle. Nous devons laisser les énergies fossiles dans le sol, et nous devons nous concentrer sur l’équité. Et si les solutions sont introuvables à l’intérieur du système, alors peut-être devons nous changer de système. Nous ne sommes pas venus ici pour supplier les dirigeants du monde de s’inquiéter. Vous nous avez ignorés par le passé, et vous nous ignorerez encore. Nous sommes à court d’excuses et nous sommes à court de temps. Nous sommes venus ici pour vous dire que c’est l’heure du changement que cela vous plaise ou non. Le vrai pouvoir appartient au peuple. Merci."

Cette intervention me paraît caractéristique d'un mouvement qui va condamner unanimement dans les années qui viennent la classe politique actuelle et les acteurs au pouvoir depuis quarante ans dans les pays développés. Un tribunal vient de condamner en appel les Pays-Bas pour laxisme dans la lutte contre le réchauffement climatique, dans une procédure initiée depuis 2013. L'appel fait en 2015 n'a pas modifié la première décision des juges, qui n'est cependant qu'une décision de principe et ne s'accompagne d'aucune peine de prison. On aurait pu espérer plus de fermeté face à des dirigeants politiques dont le laxisme est responsable depuis 1972 de centaines de milliers de victimes sur la planète, et qui participent collectivement au pire génocide que l'homme ait connu. Telle qu'elle est, cette décision marque sans doute un tournant dans la façon dont les politiques devront aborder le réchauffement climatique. »